Il y a quelques jours, j'ai vu circuler dans mon fil d'actualité la vidéo "violence is violence" (bon, j'avoue, c'était sur le mur de mon mec.).

J'ai regardé la dite vidéo dont le but serait de dénoncer les violences faites aux hommes.
On y voit d'abord un homme maltraiter sa femme, et les passants intervenir.

Cela a du se passer "le jour des héros"'(voir l'excellent article de Boomerang à ce sujet http://boomerangleblog.wordpress.com/2014/04/28/le-jour-des-heros/) vu le nombre d'agressions ayant lieu au vu de tous, sans que quiconque n'intervienne. Bref, je m'égare et je ne voudrais pas sembler de mauvaise foi.


Après cette manifestation d'héroïsme, la scène change. C'est la femme qui violente l'homme. L'attitude des passants n'est plus la même (peut-être était-ce "le jour des nazes", va savoir...).
Personne ne bouge, les passants se moquent, bref, l'homme est victime de violences face à un public qui en redemande.


Je ne suis pas sûre de saisir le message qu'on essaye de faire passer, mais cela doit ressembler à "Une femme se fait agresser, tout le monde intervient.. Par contre les hommes, personne ne bouge pour eux. Aaaaah, regardez les ravages du féminisme." Peut-être est-ce mon côté paranoïaque qui reprend le dessus, je décide donc de poursuivre.

La vidéo se termine avec ce message "40% des victimes de violences conjugales sont des hommes". Le sentiment de malaise que ressentais commencé à prendre forme : j'ai l'impression d'être face à une propagande masculiniste, les chiffres dénoncés ne correspondent pas à mes multiples lectures sur la violence conjugale. Je décide donc de m'en référer aux statistiques.


Selon le rapport 2013 de l'office national de la délinquance et de la réponse pénale :

Sur les 160 plaintes pour tentative d'homicide, 41 venaient d'un homme. Un rapide calcul, et nous obtenons donc 25% d'hommes.
Sur 1170 plaintes pour violences sexuelles, 96 venaient d'un homme. Cela donne 8,2% d'hommes.
Sur 62627 plaintes pour coups et blessures, 10366 venaient d'un homme. Cela donne 16,9% d'hommes.


En additionnant les chiffres, nous obtenons donc 16,7% d'hommes pour 83,3% de femmes victimes de violences physiques.
Nous sommes dont bien loin des 40% annoncés par ManKind...

(D'emblée pour les "Les hommes ne portent pas souvent plaintes", les femmes non plus. Face à la violence conjugale, que l'on soit homme, que l'on soit femme, on se retrouve prisonnier.)

10390191_894282450587859_9048148850082523749_n

Quatre