pt28687


Moi je maître de mon monde.

Seuls y entrent ceux qui montrent patte blanche

Point de loups dans ma bergerie, je suis le seul qui sache diriger le chœur.

J’administre mes ouailles mieux qu’un curé de village.

Et pour partir en campagne, je nous drape dans ma gouaille.


J’ai raison et je le sais, je vois la Vérité.

La seule et unique, puisque c’est moi qui l’ai créée.

Ne posez point de questions, contentez-vous d’acquiescer.

Toi là au fond. Oui toi. Je sais que tu parles de moi. Ne nie pas je le vois.

Dans quel état errais-je. Ah oui. Moi, je, maître de mon monde.


Tu prétends écrire ? Tu prétends penser ? Mais laisses moi me gausser

Sache petit carabe que jamais tu ne seras à ma hauteur.

Tes idées je les ai eues avant toi et d’ailleurs les idées sont miennes

Puisque je suis moi et que tu n’es rien, même pas l’ombre de mon chien.

Mon cerveau est fécond là où le tien fait con.


Toi là au milieu. Oui toi. Arrête de lui parler. N’écoute que moi. Ou prend la porte.

Taisez-vous et écoutez. Ecoutez ma flûte. Laissez-moi vous guider.

Ecoutez la vérité. Entendez ma vérité. In ego veritas.


Quand vient le soir parfois je me sens seul. Le prix à payer pour ma grandeur.

Du haut de ma tour je regarde mon ombre. Je sais ma valeur et je sais votre envie.

Je préfère être seul que libérer mes brebis. Et je briserai l’échine de celle qui s’échappe.

Moi je maître de mon monde.

Ma paranoïa et moi nous vous saluons.

visite-epinal-partie-1-tour-chinoise-L-4AMvTl


B.

Nota 1 - Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé ne serait que pure coïncidence. Ou pas.

Nota 2 - La paranoïa se compose de quatre traits principaux : hypertrophie du Moi (surestimation de soi-même, orgueil, mépris des autres, vanité parfois cachée sous une fausse modestie) ; psychorigidité (incapacité à se remettre en cause, autoritarisme, a toujours raison) ; méfiance et suspicion (les autres cherchent à le tromper car jaloux de sa supériorité, susceptibilité, toujours sur ses gardes) ; fausseté du jugement (suit sa propre logique, basée sur une série d'interprétations fausses mais dont il est absolument convaincu, cherche souvent à imposer unilatéralement ses opinions). Le paranoïaque oscille entre délires plus ou moins aigüs et phases d'effondrement dépressifs.