image

Louloute, tu as six ans depuis peu. Il y a quelques jours, tu me demandais ce qu'était le féminisme, je t'ai expliqué en quelques mots qu'il s'agissait de la lutte pour l'égalité des sexes, je t'ai parlé des grands combats féministes, je t'ai raconté que c'était grâce à ces combats que les femmes avaient le droit de travailler. 

 
Tu m'as répondu que les enfants aimeraient que leurs mamans ne travaillent pas, et je t'ai écoutée. 
 
Je sais qu'actuellement, tu aurais besoin que je sois plus présente, que je me consacre d'avantage à ton frère et toi. Je sais qu'à tes yeux, le travail est une contrainte, mais je te le promets, mon ange, ma liberté n'a pas de prix. 
Ma fille, je veux t'élever en femme libre. Pour cela, nous allons devoir discuter, tout au long de ta vie.
Je vais t'expliquer le sens des mots "diktats", "lobbys", "conscience". Je serais là, tout près de toi, pour t'aider à garder les yeux ouverts, a choisir en connaissance de cause.
Je t'apprendrais à te respecter. Se respecter, ce n'est pas choisir l'abstinence ou le contrôle de sa sexualité. Se respecter, c'est respecter ses envies, ses besoins, ses désirs et tenter de s'en rapprocher.
Je t'apprendrais le sens du mot liberté, ce concept si flou. Je te raconterais la société de consommation, les diktats du beau, les injonctions à peine voilées. 
Je te dirais que la liberté, c'est dans la tête, c'est un concept qui est propre à chacun. 
Je te parlerais de ces femmes libres de travailler, des celles libérées de la pression d'un patron, de celles libres de ne pas avoir d'enfants, de celles libres de s'en occuper à plein temps.
Je te parlerais de ces femmes qui luttent pour leur droit à être "féminine" (selon les codes actuels) et de celles qui se battent pour faire tomber ces codes.
Je te parlerais de celles qui luttent pour le droit à ne pas avoir d'enfants sans être mal vues par la société, et de celles qui se battent pour s'épanouir dans la maternité.
Je te parlerais des luttes pour un congé parental plus long, et de celles pour un accès au travail plus aisé après l'accouchement.
Je te raconterais les luttes pour le droit d'être femme en vivant sa foi et les combats pour que la religion n'oppresse plus la femme. 
Je te parlerais des combats contre le slut-shaming, et des combats contre l'hypersexualisation.
Je te parlerais de nuances, d'individualité, de solidarité, de choix.
Ma chérie, si être libre c'est choisir soi-même ses chaînes, tu seras libre de choisir les tiennes.
Quatre