Comme toute mère qui se respecte j’ai des dilemmes existentiels !

Des plus mineurs comme :

- m’évertuer à cuisiner des légumes pour le bien-être (intestinal et nutritionnel) de mes enfants tout en sachant que ça finira par un champ de bataille d’assiettes où les rebuts sont toujours verts !

- croire que je peux me maquiller (à la demande expresse de ma fille, oui, oui, sinon « maman t’es moche sans peintures » !), alors qu’invariablement je finirai en fin de journée avec un halo noir digne d’un panda ! ou rester telle que je suis, cernée de tous les côtés !

- persévérer dans mon entêtement névrotique de rangement ? qui consiste, chaque semaine, à trier les jouets de mes chères têtes blondes histoire de rendre leurs aventures imaginaires plus fluides ? bah oui, les légos avec les légos, la dinette toute au même endroit !
Ou alors laisser tomber… et culpabiliser ?

Ça encore c’est peanuts en comparaison avec « the état d’âme » de ma vie de mère !
Je ne sais pas vous, mais l’un de mes plus grande problématique est une espèce de syndrome à la Mary Poppins !

Bah oui, en fait, je soupçonne cette brave nanny, sous ses airs de sainte-nitouche, de cacher derrière ses joues roses une ambivalence digne de… moi !

Faut la voir mêlant franche rigolade dans son pays féerique fait de course de chevaux de bois, danse de pingouins, pour finalement rappeler à l’ordre ces pauvres Jeanne et Michael !
Et vlan ! une cuillère d’huile de foie de morue !

Mais cette admirable femme est simplement une pétocharde tout comme moi !
Dès que mon ainé est venu se nicher en mon sein, je fus frappée par la maladie « Popinnesque » !

Je souffle sempiternellement le chaud et le froid en matière d’éducation !

Je suis tiraillée entre l’envie d’ouvrir grand l’horizon à mes enfants et paradoxalement d’écouter mes vilains scénarios de mère flippée !
Dans ces grandes productions intra-crâniennes mes petits sont toujours en mauvaise posture, ils ont tout joué, l’ébouillanté, le trépané, la victime de chauffard et le classique, l’enfant kidnappé !

Vous comprendrez alors ma fâcheuse envie de les mettre sous cloche ou enrubannés de cousins protecteurs jusqu'à ce que l’on trouve une solution viable !


La meilleure des solutions cependant serait que j’arrête de trop écouter ma petite voix rabat-joie, celle des options les plus cauchemardesques !

Je rêve d’être une maman suffisamment apaisée pour permettre leur épanouissement, qu’ils osent se frotter à la vie, contrairement à leur maman péniblement actrice de la sienne !

Il parait que la lucidité est un premier pas, on est donc sur la bonne voie !


D.

mary poppinsMoyenne