12-08-2014-fr

 
Ce midi en attendant que la classe de ma grande soit finie, discussion avec la maman d'une de ses copines. Je suis plutôt une taiseuse, pas vraiment de celles à qui on vient claquer la bise entre le bonnet et l'écharpe. Alors ça m'a un peu surprise quand elle a commencé à parler.

"Oh j'ai merdé l'autre jour. Tu sais sur Internet on peut faire une vidéo avec le Père Noël et des lutins, on donne le prénom du gamin, ce qu'il aimerait comme jouets, et puis après tu peux choisir "sage", "moyennement sage" ou "pas sage". L elle fait souvent des bêtises et puis elle est trop dans la lune alors j'ai mis "moyennement sage" tu vois parce qu'on lui dit souvent de toute façon que si elle n'est pas sage le Père Noël ne passera pas.
Du coup hier soir le lui met la vidéo sur l'ordi, et j'avais pas regardé avant tu vois. Elle était rivée à l'écran, toute souriante et tout, ravie que le Père Noël sache ce qu'elle voulait, elle lui répondait et tout hein ! "J'espère que tu as été bien sage" et caetera. Et puis après il demande "Alors est-ce que L a été sage cette année voyons ça". Et là t'as un lutin qui se met à pédaler sur un vélo et t'as une barre qui se remplit. Ca passe du rouge pour pas sage au vert pour sage et au milieu t'as le orange.
Et elle du coup le lutin a pédalé jusqu'au orange et il s'est arrêté et là les lutins et le Père Noël ont fait "oooooh quel dommage".
Et ben elle a fondu en larmes. Inconsolable.
Obligés de repayer 3 euros pour refaire une vidéo."

Elle riait, un peu faux, un peu trop. Elle évacuait. J'ai pas su dire grand chose. Juste "C'est bien que tu aies fait une vidéo tu sais". Bien sûr qu'elle le savait. Mais à son sourire, elle était contente de l'entendre.

Puis nos filles sont sorties en courant, bonnet, écharpe, Noël aux lèvres et étoiles dans les yeux, et sur le chemin du retour, ma grande voulait absolument m'apprendre Mon beau sapin...

Je pensais encore à cette maman et à son lâchage, à toutes les pensées qui m'avaient traversé l'esprit en l'écoutant, des jugeantes si lapidaires et si connes aux "mais pourquoi moi" égocentrique et je me demandais pourquoi, de tout ce que j'avais en tête, c'est cette phrase là qui est sortie.

Peut-être que c'est le "j'ai merdé", peut-être que c'est sa manière de rire qui sonnait tout sauf le rire. Je pense surtout que c'est l'effet miroir en fait. Moi aussi j'ai déjà merdé en tant que parent. Certes je ne fais pas de chantage au Père Noël ni de chantage tout court, mais j'ai des casseroles aussi et c'est tellement pas une compétition la parentalité parce que les gagnants/perdants c'est pas nous, mais ce seront nos enfants. Pas à un instant T, mais au bout du bout de leur vie. C'est une route si longue et si difficile parfois. Et lâcher du lest, vider son sac, raconter comment on a merdé ça fait aussi simplement du bien, ça permet de passer à autre chose, de repartir du bon pied. Personne n'a besoin dans ces moments-là de se prendre une porte sur la tronche ou un semi-remorque de mépris.

Cette maman, qui a été "obligée" de payer 3 euros de rab pour réparer, qui s'est sentie si mal devant les larmes de sa fille, je pense qu'elle a bien compris toute seule que le chantage qu'elle faisait les blessait toutes les deux au final. Et que même si sa puce décide de décapiter le sapin, le Père Noël passera quand même. Puis bon il ne bosse qu'un jour par an, il serait gonflé de faire grève sans déconner. Cette maman merdera encore, un autre jour, sur un autre point. Comme toutes les mamans, comme tous les parents.


Ce n'est pas l'erreur qui nous enferme. C'est de ne rien en apprendre, de ne rien en acter, de ne rien en questionner.


B